• Dimanche prochain, vous voterez pour la paix ou la guerre !

    20 avril 2022 | Catégorie: ActualitésTribune

    Excellent article qui rejoint l’intervention de Charles Gave lors de la manifestation de samedi dernier à Paris.

    Dimanche prochain, vous voterez pour la paix ou la guerre. Ceci n’est pas une plaisanterie ni un artifice de propagande. Vous regardez avec effarement et tristesse les images de la guerre en Ukraine qui nous ramènent aux horreurs du siècle dernier. Pourtant, quand l’Ukraine bombardait ses propres populations russophones du Dombass, les médias vous en parlaient peu. S’il s’agissait d’un conflit entre les lointaines Chine et Thaïlande, cela vous effraierait moins, mais là le bruit des canons est bien plus proche. Si vous ne voulez pas l’entendre chez vous, mesurez bien les enjeux, ou plus précisément l’enjeu principal et vital : la paix ou la guerre. En Ukraine hors Dombass, il y a deux mois encore, les gens vivaient normalement avec leur vie affective, professionnelle, leurs affaires et leurs loisirs, leurs soucis du quotidien et leurs projets. Si vous ne voulez pas de la même situation qui est la leur aujourd’hui, votez pour la paix, c’est à dire pour la seule des deux candidats qui veuille prendre des distances avec l’OTAN. Vous n’aimez pas beaucoup Marine Le Pen ? Moi non plus. Vous n’aimez pas les « extrêmes » ? Moi non plus. Raison de plus pour ne pas voter pour l’extrême-centre qui, par sa passivité, nous emmène au désastre. Il y a déjà longtemps qu’il ne s’agit plus de voter pour la gauche ou la droite, dont le comportement du malade mental de l’Élysée a réussi la synthèse et la preuve de leur peu de différence avec son célèbre « en même temps », mais bien de voter patriote ou mondialiste. Et là, en plus, il s’agit de voter pour la paix ou la guerre.

    Nous n’avons aucune chance de gagner cette guerre, notre armée a beaucoup de matériels obsolètes que l’on a fini d’user inutilement au Mali, ne dispose que de trois jours de munitions en cas de conflit de haute intensité. De plus, ses faibles effectifs sont composés de 25% de gens venus d’ailleurs dont le patriotisme est sujet à beaucoup de doutes mais la trahison à beaucoup moins. Personne n’a jamais gagné contre la Russie, ni Napoléon, ni Hitler, malgré les moyens énormes que ce dernier avait engagés. On observe qu’un grand nombre de localités où se déroulent des combats aujourd’hui en Ukraine sont les mêmes que celles où eurent lieu de féroces affrontements lors de la Seconde Guerre mondiale : Kharkov, Lvov, Taganrog et bien d’autres. Mais le patriotisme russe a toujours gagné. C’est bien la preuve que l’Histoire se répète, contrairement à ce que prétendent quelques journaleux ou historiens d’occasion. Alors souvenez-vous que la France est entrée en guerre en 1914 et en 1939 à cause d’alliances mal étudiées et respectées tardivement alors que la prévention aurait pu suffire à sauver la paix. Nous en sommes là aujourd’hui avec l’OTAN.

    L’OTAN (« le machin » comme disait De Gaulle) censé nous protéger contre l’URSS, aurait dû en toute logique être dissoute lorsque celle-ci a disparu. Mais bien au contraire, elle a servi à augmenter l’hégémonie des USA, lesquels sont très habiles et ont même fait une routine à provoquer des guerres, mais surtout pas chez eux ! Avec son expansion, l »OTAN est devenue, par encerclement, une menace pour la Russie avec laquelle nous devrions pourtant entretenir de bonnes relations, ne serait-ce que parce qu’elle est notre voisine d’Europe orientale, aussi parce que de culture chrétienne, comme nous. Les USA ont poussé l’Ukraine au conflit dans le Dombass et maintenant ils voudraient nous entraîner tous dans cette guerre où il n’y aura que des perdants. Si nous ne nous écartons pas de l’OTAN, la guerre viendra chez nous. Les mondialistes veulent faire croire qu’il y aura la guerre si nous élisons Marine Le Pen. Si nous élisons Macron, nous aurons encore ce malade mental pendant cinq ans et la guerre dans quelques semaines. Comme les autres fois, les Américains fourniront des armes aux pays en conflit, bombarderont à outrance et débarqueront vers la fin pour tirer les marrons du feu. Puis ils vendront à prix d’or un nouveau Plan Marshall pour reconstruire comme ils l’ont fait avec quinze pays européens après la Seconde Guerre mondiale. Pendant cette dernière, les usines Ford allemandes étaient approvisionnées en moteurs depuis les USA par l’intermédiaire de pays « neutres ». Pendant la précédente, l’armée française roulait aussi en Ford T, aujourd’hui elle roule en Ford Ranger. Voyez donc où sont les intérêts…

    Pour ce qui est des guerres de l’OTAN, souvenez-vous des plus récentes : la Yougoslavie bombardée pendant trois longs mois dont Belgrade durant plusieurs semaines au prétexte avéré faux du génocide musulman par les Serbes. Résultat : un État musulman au milieu de l’Europe, mafieux et corrompu, volé à la Serbie, avec la plus grande base américaine du continent ! Souvenez-vous de la guerre en Irak, des prétendues armes de destruction massive détenues par ce pays et que l’on n’a jamais trouvées… Souvenez-vous du soutien aux djihadistes syriens qui faisaient du « bon boulot » comme disait Fabius… Souvenez-vous de l’intervention en Libye qui a largement participé à l’invasion migratoire… Souvenez-vous, n’ayez pas la mémoire courte !

    Vous n’aimiez pas Mouammar Kadhafi ni Saddam Hussein ? Regardez dans quel état sont leurs pays aujourd’hui : instabilité, corruption, guerre civile, chômage, misère et famine, tout comme le Liban jadis « Suisse du Moyen-Orient ». Vous n’aimez pas Vladimir Poutine ? Vous n’avez pas aimé la façon dont il s’est débarrassé des opportunistes qui étaient en voie d’être plus riches que l’État russe et donc d’installer la mondialisation en Russie ? Mais trouvez-vous normal que des familles puissent prêter de l’argent aux États, et qu’on vous parle de démocratie alors que l’argent est le « nerf de la guerre » ? Citons par exemple les Windsor, Morgan, Koch, Rothschild… Comme le disait Napoléon, « la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. » Ne soyez pas naïfs et regardez l’histoire de France : Louis XIV a neutralisé son surintendant des finances Nicolas Fouquet parce que sa fortune menaçait de concurrencer celle de l’État royal. L’affaire du château de Vaux-le-Vicomte n’était pas que de faire de l’ombre au Roi-Soleil, celui-ci voyait bien plus loin. Philippe le Bel avait éliminé les Templiers parce qu’ils étaient une force financière (et militaire) plus importante que celle du Royaume de France. Quoi que l’on pense de tous ces personnages historiques ou d’actualité, le principe est le même, on ne doit pas permettre que des individus ou communautés soient plus forts que les États. Sinon ce n’est plus le Bien commun mais les intérêts individuels ou minoritaires qui prévalent.

    Aujourd’hui le projet de société mondialiste et apatride qu’est le « Nouvel Ordre Mondial » élaboré à Davos est en faillite, sa prétention démesurée a atteint les mêmes limites que l’URSS. Pour trouver une alternative à cette faillite, il a été essayé la prétendue pandémie de covid. Mais cela n’a pas suffit. Alors on essaie de provoquer une guerre destinée à rassembler sans murmure les forces vives des nations pour un affrontement destructeur. Beaucoup de dictatures ont déjà utilisé cette méthode. Souvenez-vous de Videla entraînant l’Argentine dans la guerre des Malouines pour sauver son régime en perdition. C’est la même chose aujourd’hui, mais à une échelle planétaire. Seuls les peuples et les nations lucides et patriotes survivront. Actuellement, les dirigeants des pays occidentaux multiplient les « sanctions » contre la Russie avec pour principal effet de détruire leurs propres économies, et par la suite on vous dira que c’est la « faute à Poutine ». On vous dit que le peuple russe n’accède pas aux informations des médias occidentaux en oubliant de rappeler que l’inverse existe chez nous depuis le début de la guerre. Tout est manipulation pour que vous soyez prêts à accepter l’inacceptable en pensant sauver la démocratie, les droits de l’homme et autres belles idées de salon. Les médias glorifient les patriotes ukrainiens, mais pour eux un patriote français est un « facho d’extrême-droite ». Et si vous croyez que le « réchauffement climatique » est causé par les humains, dites-vous bien que si la guerre vient jusque chez nous, qu’elle devient mondiale, alors ça va chauffer vraiment très fort !

    Le temps n’est plus des querelles de personnes, des conflits partisans, des inimitiés ou des petits intérêts personnels. Si vous vous abstenez, si vous votez blanc ou nul, vous voterez pour Macron puisqu’il est en position majoritaire. Si vous votez pour lui, vous agirez contre l’humanité. Quoi que ce soit que vous ferez dimanche prochain, date historique ce 24 Avril 2022, vous voterez pour la paix ou la guerre.

    Daniel Pollett

    Source : ns2017


    2 commentaires
  • Toute ressemblance avec un personnage inexistant ne serait que fortuite ...
    Un coup à gauche un coup au milieu ...


    1 commentaire
  • Eric Zemmour a été battu, malheureusement, à cause du vote utile et de la horde des hyènes médiatiques.

    En attendant les élections législatives, qui pourraient remettre un peu les pendules à l'heure, il faut, on doit voter, ce dimanche.

    Par défaut, et pour faire Barrage à Macron, ce sera pour moi Marine le Pen, comme en 2017.

    Elections présidentielles saison 2

    Elections présidentielles saison 2


    2 commentaires
  • Un grand professeur d’université en statistiques explique pourquoi les « sondages électoraux commerciaux » ne sont pas plus scientifiques que sentir le vent au doigt mouillé.

    Éric Zemmour avait déjà averti les Français dans cet article.
    Et Guillaume Peltier l’avait illustré dans cette vidéo.

    Michel Lejeune, avec une longue et prestigieuse carrière universitaire dans les statistiques, confirme leur position avec la science.

    Tout part d’un problème de recrutement des sondés.

    Sans entrer dans la technique, un sondage doit être le plus aléatoire possible pour éviter les biais. Cela demande de pouvoir demander son avis à « n’importe qui ».

    Sauf que de moins en moins d’électeurs acceptent de participer.

    Les sondeurs ont donc dû créer des panels de personnes susceptibles d’accepter de répondre.

    Et de répondre rapidement, si possible, car les médias sont tellement friands de ces « analyses » que les demandes deviennent urgentes.

    Au lieu de tirages aléatoires, les sondeurs demandent toujours aux mêmes sondés.

    Mais ce n’est pas le seul problème.
    Les instituts de sondage « redressent » leurs données, en fonction des précédentes élections.

    Sauf que le contexte de l’élection présidentielle 2022 est très différent : le duel attendu a été complètement bouleversé avec la météorite Éric Zemmour. Le temps des dinosaures s’achève. Une autre ère s’ouvre…

    Et la touche finale n’est pas des moindres : les instituts de sondage ont tendance à modifier leurs chiffres en fonction… des autres sondeurs !

    La conclusion de Michel Lejeune tombe comme un couperet : quand les instituts de sondage annoncent la réalité, c’est « sans doute grâce à une appréciation collective correcte par les sondeurs (...) et à une part de chance » !

    Le problème, c’est que beaucoup d’électeurs sont persuadés que les sondages correspondent à la réalité.

    Certains croient qu’il faudrait voter « utile », alors qu’il peuvent voter pour leur candidat. Pour le vote vital.

    Dites-leur simplement la vérité sur les sondages.

    Transférez cet email. 

    Ensemble, écrivons l’Histoire !
    Diane Ouvry

    Porte-parole de RECONQUÊTE!

    PS : Au-delà des sondages électoraux commerciaux, il y a le réel où tout est possible. 

    Dimanche, Éric Zemmour aura besoin de votre vote.

    PPS : Pour aller plus loin, lisez aussi cet article de Michel Lejeune. 


    3 commentaires
  • Je ne vous parlerai pas de la guerre RUSSIE-UKRAINE dont les médias vous abreuvent tous les jours mais des scandales McKinley et des sondages qui sous-estiment Valérie Pécresse et Eric Zemmour, dont on vous cause beaucoup moins : chut il ne faut pas réveiller le Peuple !
    Je laisse ci-dessous Zemmour vous en parler :

    Ce que les sondeurs ne vous diront pas ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ ‌ 

    Chère Française, Cher Français,

    Un mystère hante l’élection présidentielle : et si les sondages se trompaient complètement ? 

    Les commentateurs en parlent, les politiciens professionnels le craignent, les sondeurs s’interrogent. 

    Leur conviction : rien n’est joué. 

    Leur question : existe-t-il un vaste réservoir de suffrages que personne ne parvient encore à détecter, mais qui pourrait déjouer les pronostics au soir du premier tour ?

    Ma réponse : ce réservoir existe bel et bien, et surtout, il est une excellente nouvelle pour la démocratie et pour la France.

    Il existe plusieurs manières d’évaluer les intentions de vote. 

    Le plus souvent, les médias parlent de la méthode statistique traditionnelle : celle des instituts de sondage. Elle consiste à demander à des gens qui aiment être sondés et qui se sont pour cela inscrit sur des « panels », quel est leur candidat préféré. 

    Notez bien : à des gens qui aiment être sondés. 

    Vous qui me lisez, avez-vous déjà été sondé ?
    Non, 99% d’entre vous répondront non. 

    Car il est impossible d’interroger les autres, ceux qui ne savent pas comment faire partie de ces « panélistes », ceux qui se méfient des sondages, ou ceux qui les détestent carrément. Ceux-là sont innombrables, sans doute de plus en plus nombreux. 

    Et, parmi eux, il n’y a pas que des abstentionnistes ou des « antisystèmes » : on y trouve une grande diversité d’électeurs qui refusent tout simplement de donner leur opinion. J’en ai rencontré tous les jours lors de ma campagne.

    Mais il existe une autre manière de sonder les intentions d’un peuple : la réalité de la vie, effective, concrète, incarnée, des citoyens français.

    • Que Reconquête!, mon parti fondé il y a à peine trois mois, compte aujourd’hui 120 000 adhérents et soit le plus puissant parti de France, voilà une information concrète. 
    • Que mes meetings soient incontestablement les plus peuplés et les plus fervents de la campagne électorale, voilà une certitude fondée. 
    • Que nous soyons les seuls à pouvoir remplir la place du Trocadéro de 100 000 patriotes venus des quatre coins de France, quand mes concurrentes ne dépassent pas les 6 000 personnes, est une information capitale. Dimanche dernier, nous avons vu le nombre et nous avons vu la ferveur : ce sont les deux déterminants d’un vote massif, car le nombre se démultiplie et car la ferveur est contagieuse. 
    • Que mes vidéos et mes passages à la télévision obtiennent des scores incomparablement plus élevés que ceux de mes adversaires, personne n’ose le nier. 
    • Que les dons, les messages de soutien et les témoignages de sympathie affluent vers moi comme vers aucun autre candidat, c’est aussi vrai que deux et deux font quatre et cela est chaque jour plus vrai et plus impressionnant que la veille, quels que soient les scores des instituts.

    Un proverbe dit : « Crois ce que tu vois, pas ce qu’on te dit. »

    Je vois la surabondance des preuves et je vois l’omniprésence de mes sympathisants dans tous les secteurs de la société française.
    Vous la voyez aussi et vous sentez, sur tous les marchés de France, qu’elle se situe bien au-delà de 12 %.

    Vous sentez que parmi les millions de soutiens qui convergent vers ma candidature, il y a un très grand nombre d’abstentionnistes. Ils me disent que cette fois, ils veulent aller voter. 

    Pourquoi ? 

    Parce que je ne suis pas un politicien professionnel, parce que je n’ai jamais vécu aux crochets du contribuable, parce que je ne suis pas à la recherche d’un poste, parce que je renverse le jeu des partis traditionnels et parce que je suis le plus grand opposant à Emmanuel Macron. 

    Ils savent qu’ils peuvent compter sur moi.
    Je sais que je peux compter sur eux.

    Enfin, il y a ceux qui ne peuvent pas dire qu’ils vont voter pour moi. Parce que leurs milieux professionnels ou familiaux sont soumis au régime de la terreur du politiquement correct.

    Je pense à ceux qui viennent me dire leurs craintes : à ces Français des banlieues, à ces fonctionnaires, à ces enseignants, à ces artistes, qui doivent se cacher par crainte des représailles.
    Je pense à tous ces résistants avec affection. Ils ne sont pas des lâches : ils sont des cibles. Ils placent leur espoir en ma candidature. Je compte sur leur revanche dans l’isoloir.
    Le soir du premier tour sera leur soir.

    Additionnez tous ces sondages, tous ces sympathisants si enthousiastes, tous ces abstentionnistes, tous ces silencieux, et vous obtenez un peuple. 

    Un peuple impossible à quantifier, mais qui est là, impatient et digne, prêt à créer la surprise.
    Un peuple qui veut me voir dire la vérité française à Emmanuel Macron, les yeux dans les yeux, pendant le débat du second tour.
    Un peuple qui veut que la France reste la France.
    Un peuple qui sait qu’impossible n’est pas français. 

    Dans 11 jours, notre peuple ridiculisera tous les faux prophètes et tous les mauvais experts.

    Ce peuple, c’est vous.

    Cet événement historique du 10 avril à 20 heures, c’est nous.

    À demain pour la suite.

    Vive la France !

    Éric Zemmour

     

    Chère Française, Cher Français,

    Je veux vous parler de l’affaire McKinsey.

    Toute la France commence à en parler et elle a raison d’en parler.

    Cette affaire démontre de manière éclatante tout ce dont nous ne voulons plus et tout ce que symbolise Emmanuel Macron : le manque absolu de respect pour votre argent, le copinage et le cynisme dangereux qui règnent à l’Élysée depuis cinq ans.

    Vous méritez la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, sur cette affaire comme sur les innombrables zones d’ombre du quinquennat d’Emmanuel Macron.

    Vous méritez la vérité, et vous méritez de voter pour le candidat qui vous dit la vérité.
    Je suis ce candidat.

    Sur l’affaire McKinsey, je veux insister sur quatre points essentiels.
    Écoutez bien.

    D’abord, la crise du Covid n’a pas vraiment été gérée par Emmanuel Macron, mais par la société McKinsey, un cabinet de conseil américain. Et vous en avez terriblement souffert, chaque jour pendant deux ans.

    Qui sait aujourd’hui si une société américaine – et donc l’État américain – ne possède pas des informations sur nous, sur notre vie privée, sur notre État, qui auraient dû rester secrètes ?

    Premier scandale.

    Ensuite, l’argent du contribuable, votre argent, a été jeté par la fenêtre trois fois par Emmanuel Macron.

    • Une fois pour payer des fonctionnaires qui n’ont donc pas été sollicités, car on a préféré confier leur travail à une société privée.
    • Une deuxième fois pour rémunérer très grassement cette société américaine.
    • Une troisième, parce que cette société rémunérée par vos impôts refuse de payer ses impôts en France.

    Deuxième scandale.

    De plus, une information dont nous disposions déjà il y a un an refait cruellement surface : en 2017, Emmanuel Macron a fait travailler McKinsey gratuitement pour sa campagne.

    Une personne morale a donc fait ce don à la campagne d’En Marche, ce qui est interdit.

    Pourtant aucune enquête n’a été ouverte. Le renvoi d’ascenseur a été immédiat avec l’explosion du chiffre d’affaires généré par les contrats publics offerts à McKinsey. La collusion entre la politique et l’argent est ici complète.

    Troisième scandale.

    Quatrième scandale ?
    Le silence assourdissant des médias (pas tous !).

    J’en parle depuis plusieurs jours, au point qu’un journal a publié un article tout à l’heure en demandant : « Pourquoi Éric Zemmour insiste-t-il autant sur l’affaire McKinsey ? ».
    Que les médias se posent cette question démontre parfaitement qui ils sont, et qui je suis. J’en parle parce que je ne suis pas un politicien, parce que je dis la vérité et que la Macronie est une usine à mensonges.

    Vous le savez, j’ai consacré ma vie entière à dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. J’ai passé ma vie à défendre la vérité contre le mensonge, comme journaliste, comme écrivain, et désormais comme candidat à l’élection présidentielle.
    Elle est ma passion, ma mission et mon engagement.

    Sur ce sujet comme sur tous les autres – la réalité de notre école, de notre économie, la vérité sur l’immigration ou sur la sécurité des Français – je ne laisserai pas Emmanuel Macron vous priver de la vérité.

    Pour elle, je veux devenir votre Président de la République.
    Pour elle, grâce à elle, avec elle, nous serons au second tour, et je la dirai à Emmanuel Macron, les yeux dans les yeux, devant le pays entier. Si vous le voulez, le débat du second tour sera le plus important de notre Histoire.

    Chère Française, Cher Français, en mettant notre bulletin dans l’urne, dans dix jours, vous direz la vérité, vous défendrez la vérité, vous offrirez la victoire à la vérité et donc à la France.

    Votez pour elle.

    Sauvez-la pour combattre l’insupportable mensonge des politiciens professionnels.

    Vous savez que vous pouvez compter sur moi.
    Je sais que je peux compter sur vous.

    Ne laissons pas la langue de bois, le politiquement correct et la censure vous voler l’élection. Nous sommes un grand pays, soyons le pays de la vérité.

    Vive la France !

    Éric Zemmour


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires